[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] []
[Biographie]
[Romans]
[Actualités]
[Enfance]
[Essais]
[Bibliographie]
[Jeunesse]
[Poésie]
[Recherche]
[Carrière]
[Théâtre]
[Médiathèque]
[Rayonnement]
[Glossaire]
[Liens]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Edouard Glissant]
[Romans]
[Essais]
[Poésie]
[Théâtre]
[Edouard Glissant]
[Biographie]
[Biographie]
[Enfance]
[Jeunesse]
[Carrière]
[Rayonnement]
[Oeuvre]
[Oeuvre]
[Romans]
[Essais]
[Poésie]
[Théâtre]
[Glossaire]
[Ecriture]
[Actualités]
[Actualités]
[Hommage]
[]
[Newsletter]
[Recherche]
[Recherche]
[Colloque 2012 Présentation]
[Sorbonne 1998]
[CUNY 1998]
[Bibliographie]
[Bibliographie]
[Bibliographie]
[Bibliographie]
[Bibliographie]
[Médiathèque]
[Médiathèque]
[Audio]
[Vidéo]
[Liens]
[Liens]
[Liens]
[Liens]

Si indéniablement le Roi Christophe fut pour Césaire le personnage de sa pièce cardinale, c'est l'autre grand héros de la révolution haïtienne, Toussaint Louverture, libérateur de Saint-Domingue, qui fournit en 1961 à Glissant une flambée théatrale qui suffit à enrichir son oeuvre d'une nouvelle île dans l'archipel : une pièce majeure, représentation dramaturgique d'un héros historique, pourrait-on penser. Mais avec Glissant, on le sait déjà, on est toujours en territoire de fine complexité. Sa pièce échappe au manichéïsme d'une représentation conventionnelle et "héroïque", pour rejoindre l'épaisseur d'un personnage déchiré. Monsieur Toussaint, ou le théâtre du chaos individuel.

Monsieur Toussaint d'Edouard Glissant, mis en scène par Greg Germain, Cour d'honneur du Château de Fort de Joux, juin 2003. RFO / La Compagnie des Indes,

Réal. : Domnique Thierl.

VIDEO : Monsieur Toussaint en 2003, par Greg Germain

Une pensée archipélique

ÉDOUARD GLISSANT

Incarnation d'un trouble


En placant le héros type aux prises avec une telle complexité, dans une telle incompréhension même de son itinéraire propre (le héros, tout au long de la pièce, donne l'impression d'être toujours en porte-à-faux de son destin), Glissant veut-il signifier une fatalité de l'expérience révolutionnaire ? Ce serait à tout compte, voir dans la pièce un propos trop généralisant et une vision "simplement" sombre de l'Histoire haïtienne et partant, de l'Histoire antillaisse. Glissant plonge dans le parcours de Toussaint en faisant apparaître les impasses historiques d'un temps qui dépend encore des schèmes coloniaux. La lutte d'émancipation menée par Toussaint est encore dépendante, consubstantiellement liée aux conditions sociales et politiques qui proviennent de l'ancien ordre servile. Le personnage porte en lui le moule de plusieurs siècles de colonisation, et est en cela tiraillé entre des tendances contradictoires qui rappellent aussi les contradictions de tout Antillais, mises en relief dans le roman Le quatrième siècle : la révolte brute et la réforme patiente. Pour n'être pas encore en mesure de trancher cette alternative, le drame de Toussaint est aussi celui des illusions propres à toute société issue du système colonial.

Un héros diffracté


Le Toussaint de Glissant est-il un "anti-héros", pour autant que la pièce prenne ses distances avec toute représentation idéalisée ? La question est plus complexe qu'il n'y paraît, car si les "hauts faits" du personnage, son action émancipatrice, l'effectivité des luttes dont il prit la tête, ne sont aucunement niés, c'est essentiellement dans la fournaise de ses contradictions qu'il est présenté : un héros multiple, enserré dans des tendances paradoxales, diffracté en somme. Le temps et les lieux sont eux-mêmes l'objet de cette diffraction, de cet éparpillement, puisque si le temps chronologique réel de la pièce est celui de l'enfermement au Fort de Joux où le héros va mourir, la scène se transporte en simultanéité ouverte et volontaire, à Saint-Domingue - temps chronologique et temps mémoriel se fondent sur scène. Vivant éveillé de cette sorte de convocation hallucinée du parcours héroïque, Toussaint est plongé dans le même mouvement, dans les forces contraires de la révolution haïtienne dont il est la figure de proue. Issu de la plantation esclavagiste, Toussaint a fait sienne la logique et la culture du maître, au point d'en retrouver en lui la trace active. Il n'est pas le libérateur ex nihilo que va forger la légende, il est pris dans le maeström identitaire du "système plantationnaire" et de la société qui a rendu possible son ascension. Le "général des révoltés" qui s'est cru rival de Napoléon, est la proie de ses "ombres", les acteurs de son drame.


  

La pièce


C'est donc en 1961 qu'Edouard Glissant publie Monsieur Toussaint au Seuil. Mais cette première version est peut-être un peu trop didactique au goût de l'écrivain, livrant un examen précis qui contextualise la figure historique de Toussaint Louverture. En 1977, il revoie cette première mouture au profit d'une écriture scénique qui livre le personnage à ses contradictions intrinsèques. La pièce est représentée l'année même et cette nouvelle version est éditée en Martinique en 1978 aux éditions de l'Acoma. Elle sera jouée en 2003 lors du bicentenaire de la mort de Toussaint, au Fort de Joux, dans une mémorable mise en scène de Greg Germain.

Théâtre : le chaos Toussaint

___________________________________________________

Une pensée

archipélique

ÉDOUARD

GLISSANT


  

___________

___________

VISITEZ NOS SITES PARTENAIRES

Biographie                 Œuvre                        Références


Index                            Romans                        Actualités


1928-1938                     Essais                          Bibliographie


1938-1956                     Poésie                          Recherche


1956-1981                     Théâtre                         Médiathèque


1981-2011                     Glossaire                      Liens

  

Toute reproduction du contenu du site est libre de droit (sauf cas d'utilisation commerciale, sans autorisation préalable), à condition d'en indiquer clairement la provenance : url de la page citée, indication de l'auteur du texte.


  

© Edouard Glissant - Une pensée archipélique. Site officiel

d'Edouard Glissant conçu, écrit et réalisé par Loïc Céry